On ne devrait pas se laisser envahir par la déprime ambiante.

Haine de mon époque j’écrivais un jour mais bien plutôt de la tristesse de ne pas savoir résister à la tentation de la défaite. Hurler contre les loups plutôt qu’avec. Ne pas vivre la solitude comme un refus. Se souvenir de ces temps comme de nombreux inserts où injecter la prise en main du monde, autant d’entrées dans le monde, de prise en connection directe, repartir à l’assaut du bonheur et de l’imaginaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s