Lisbon Story 1

Nous traçons consciencieusement deux lignes parallèles.

Pourtant il suffit d’un gros poisson pour que les lignes tremblent, forment un noeud, l’espace d’une rencontre, d’un rapprochement, et

l’instant passe

On se rassoit proprement l’un à côté de l’autre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s