une terre sans

L’arbre trônait au milieu du désert

 

non

pas un désert mais

une terre sans

 

voilà juste cela

 

une terre sans

sauf qu’un arbre

 

temps

 

du temps

 

du temps pour saisir et entendre le mouvement qu’il y avait là

grouillant

c’était grouillant non pas là

mais là en dessous

en dessous où à vitesse d’arbre ça n’arrêtait pas de creuser

de tailler, de trancher,

de puiser, de fouiller,

toujours plus loin là en dessous

cette terre sans

cette terre était pleine

d’un réseau qui s’étendait sans

non pas sans but

ni sans destination

mais sans comme sans penser

sans affecter celui là qui là en haut n’était qu’un arbre

un arbre là

qui semblait attendre

non même pas attendre

être là

être l’arbre là sur la terre sans mais pourtant dessous pleine

de nouveaux territoires à déployer

 

Grandir sans bouger

 

chaque racine a son rythme heurtait au ralenti un reste de l’avant,

du temps où la terre s’était vidée

vestiges ou dépots décantés la terre avait absorbé en vrac en masse sans choisir

ce qui en était resté

l’arbre sans intention, l’arbre sans

prenait simplement la mesure des

formes matières visages que sculptaient

formes matières virages de l’arbre là

qui se déployait à vitesse d’arbre

là en dessous dans la terre pleine

tandis que la sève sang de l’arbre coulait sans discontinuer d’un bout à l’autre du rhizome

irrigant toujours plus loin les contours d’un royaume enterré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s